Comment éviter les fuites urinaires

Il existe toute une panoplie de solutions pour venir à bout de l’incontinence : rééducation périnéale uro-gynécologique, Biofeedback, électrostimulation fonctionnelle et en dernier recours la chirurgie.

Le Biofeedback est une technique qui consiste à obtenir une contraction des muscles périnéaux en maintenant en place de petites sondes dans le vagin.

L’électrostimulation fonctionnelle repose sur la stimulation des muscles périnéaux par un courant électrique biphasique. Cette opération est indolore : le travail musculaire est alors totalement passif.

Des techniques douces peuvent aussi être utilisées pour traiter l’incontinence.

Mais la meilleure solution reste la prévention. Vous pouvez éviter tous ces problèmes en vous y prenant à l’avance. N’attendez-pas que les troubles urinaires s’installent, vous pouvez les éviter.

Elle peut cacher la ménopause

La fibromyalgie est une des « maladies » rares que vous pouvez avoir pendant la ménopause. Elle n’est pas spécifique à la ménopause, mais elle peut cacher votre ménopause.

A ce jour, il n’existe que des traitements qui peuvent aider à soulager les symptômes. Ces traitements varient donc en fonction des différents symptômes que vous avez. D’autres options de traitement sont aussi disponible, comme la massothérapie, l’hydrothérapie.
 
Certains spécialistes pensent que l’alimentation peut aider à soulager les symptômes . Il est même conseillé d’enrichir votre alimentation par des oligo-éléments et des antioxydants sous forme de compléments alimentaires, si votre alimentation habituelle n’est pas biologique ou naturelle.

Mangez beaucoup de fruits frais, légumes frais, ainsi que des fruits séchés. Bien sûr l’idéal est que ces produits soient biologiques ou naturels. Prenez l’habitude de boire beaucoup d’eau et en dehors des repas.
 
Diminuer votre consommation d’aliments riches en sodium, des additifs alimentaires comme le glutamate monosodique ainsi que les édulcorants comme l’aspartame. Un régime végétarien (bien encadré afin d’éviter certains carences) peut aussi aider à soulager les symptômes.

Une technique infaillible contre le stress

Ayez plus de moments d’intimité avec votre partennaire et assurez-vous que vous êtes satisfaites. Multipliez les gestes d’affection. Faire palisir vous rendra plus heureuse et vous permettra de vous détourner de vos soucis.

Une fois que vous maîtrisez votre stress, la gestion des autres symptômes de la ménopause est relativement facile.

Vous vivez un moment délicat, en plus des problèmes liés à la quarantaine, au changment de de style de vie, biologiquement vous subissez les fluctuations hormonales et socialement vous n’êtes pas à l’abri de pression et atteintes personnelles.

Votre vie sexuelle est -elle finie?

A l’approche de la ménopause, beaucoup de femmes commencent à avoir une baisse de leur activité sexuelle. Certaines vont choisir probablement par manque d’informations, de laisser mourir leur désir sexuel. Or la ménopause ne rime pas avec fin de l’activité sexuelle.

Il existent des solutions accessibles, et naturelles qui vous permettent de continuer à profiter du plaisir que vous procure l’activité sexuelle.

On a longtemps pensé que la cause principale du baisse du désir sexuel chez la femme en période de ménopause est la baisse des hormones sexuelles en particulier l’œstrogène.

Cependant certains chercheurs disent que d’autres facteurs influent sur la baisse de la libido. L’attitude générale envers le sexe, la santé globale, voire même l’état matrimonial peuvent avoir une influence sur la baisse de la libido. Cela va certainement à l’encontre des idées reçues, mais voyons cela au détail.

Il en sort d’une étude récente que les femmes qui avaient perdu leur désir sexuel étaient celles qui croyaient qu’il était normal que le désir sexuel baisse avec l’âge.

Leur croyance a-t-elle pu être une cause de leur perte de libido? Une autre tendance qui sort de cette étude, les femmes qui ont divorcées ou jamais mariées avaient un problème de baisse de la libido.
Ces femmes ayant longtemps vécu sans relation sexuelle, trouvant naturel qu’elles n’aient pas de désir sexuel à la ménopause.

Comment réduire votre taux de cholésterol-troisième partie

L’activité physique
Une activité physique régulière réduit les LDL-Cholestérol et augmente votre taux de HDL-cholestérol. Elle aide également à réduire le poids.

L’âge et le sexe
Ce sont des facteurs qui diminuent aussi le taux de HDL-cholestérol, mais dont vous n’avez aucune influence.

Avant la ménopause contrairement aux idées reçues, les femmes ont un taux de cholestérol inférieur à ceux des hommes du même âge.

A partir de la ménopause le niveau du LDL-cholestérol, VLDL, Chylomicrons augmente chez la femme et le niveau de HDL-Cholestérol diminue.

Des facteurs génétiques peuvent aussi influer sur les taux de cholestérol dans le sang.

Faiblesse du périnée

Il peut s’agir d’une perte de la tonicité des muscles, ou d’une faiblesse des ligaments qui constituent le périnée. Les deux problèmes peuvent aussi se produire simultanément.

Le défaut d’œstrogènes est la principale cause de faiblesse du périnée pendant et après la ménopause. Même si la ménopause n’est pas la seule responsable de ce trouble, elle est un facteur de risque.

Physiquement la faiblesse du périnée se voit par les fuites urinaires, au départ peu visibles mais qui s’accentuent au fur et à mesure que vous progressez dans votre ménopause, si ces fuites ne ne sont prises en charge à temps.

La faiblesse du périnée est rarement diagnostiquée à temps essentiellement en raison du sentiment de gêne qu’éprouvent les femmes à parler de leurs fuites urinaires.

Et pourtant diagnostiquée à temps elle se soigne et vous éviterez le risque de descente d’organe (Prolapsus) responsable de lourdeur ou de douleur au niveau du bas ventre, et autres complications dues à ce relâchement musculaire ou ligamenteux du périnée.

Le périnée se trouve entre le vagin et l’anus. C’est un ensemble de muscles et de ligaments sur lequel reposent les organes de la cavité pelvienne (utérus, vessie, rectum), d’où l’incapacité à contrôler ses urines.

La faiblesse du périnée peut aussi crée des problèmes sexuels, gynécologique et anaux.