Archives de catégorie : Etre bien

La douleur

Parlant de la douleur Khalil Gibran dit dans Le Prophète, « si vous pouviez maintenir votre coeur émerveillé devant les miracles quotidiens de votre vie, votre douleur vous paraîtrait aussi merveilleuse que votre joie ».
Khalil Gibran, Le Prophète.
Bon weekend

Phéromones

Pourquoi parler de phéromones en période de ménopause?
Avant de répondre à cette question voyons un peu ce que sont les phéromones.

Vous faites un petit détours dans les dictionnaires , et vous apprendrez que les phéromones sont des substances produites par les animaux et qui servent à véhiculer une information aux animaux du même espèce.

Jusqu’ à là rien d’intéressant! Puisque ça ne concerne que les animaux alors pourquoi en parler sur un site qui parle de la ménopause?

A suivre…

Sachez apprécier vos petits instants de bonheur

Certes vous vivez un moment très difficile, mais plutôt que de vous concentrer sur ce qui ne va pas, voyez plutôt les côtés positifs de la ménopause : Fin des règles avec leur lot de douleurs, fin de la pilule (vous n’aurez plus à vous préoccuper de contraception), retraite, départ des enfants, enfin une nouvelle liberté qui se profile.

Prenez du recul, détachez-vous des événements, de votre travail, de vos occupations mais aussi de vos préoccupations. Une activité « passe-temps » est le meilleur moyen de vous protéger contre le stress et ses conséquences.

Acceptez les critiques bienveillantes, même si vous avez peut-être l’impression que personne ne vous comprend, . Ne vous sentez pas viser personnellement par les problèmes qui vous arrivent dites-vous que vous n’êtes pas la seule à les avoir.

Nous avons souvent tendance à oublier ce que nous avons pour nous préoccuper de ce qu’on n’aimerait avoir. Dites-vous que vous avez la chance d’être en bonne santé. Ce qui vous semble sans importance et normal, peut être un trésor pour une autre personne.

Réapprenez à apprécier ce que vous avez! Beaucoup de gens cherchent toujours plus et ne sont jamais satisfaits de leur acquis. Ne soyez pas comme ces gens à la poursuite d’une quête infinie du « bonheur ». Le bonheur est en vous et non ailleurs.

Quelque soit ce que vous avez, qui vous êtes, qui vous servent ou qui vous servez, il y aura toujours quelque chose de plus que ce que vous avez, ou quelqu’un de plus important que vous. Vous avez des bouffées de chaleur qui vous rendent la vie impossible, oui c’est terrible et peut être un calvaire.

Mais que dire de celle qui vit au fond-fond du sahara sous un soleil de canicule avec comme seul lot de consolation l’espoir que le temps devienne un peu clément? Ne soyez pas comme le chien qui tourne en rond essayant d’attraper sa queue.

Certes il est normal d’aspirer à toujours de bien être, mais de temps en temps il faut savoir se poser, s’observer avec un regard externe, et faire le point  sur ce qu’on fait sur ce qu’on a acquit. Quelque soit votre situation, quelques soient vos difficultés, cherchez à voir l’opportunité qui s’offre à vous, ou la leçon à tirer.

Le monde, les événements, la conjoncture,…rien de tout cela ne s’est légué contre vous. Nous vivons tous des périodes difficiles qui sont des opportunités pour qui sait se mettre dans la bonne perspective. Les événements de la  vie sont en quelque sorte une question de point de vue. Soyez plutôt de celles qui voient le verre à moitié plein et vous aurez plus de chance de passer votre période de ménopause en toute sereinité.

Voyez les bons côtés des choses

La plupart des gens parlent de la ménopause comme étant quelque chose de négative. On ne retient d’elle que les bouffées de chaleur, la stérilité, le dysfonctionnement hormonal, et tant d’autres termes tellement négatifs que leur simple évocation suffit à déprimer la plus optimiste des femmes.

Les bouffées de chaleur, les sueurs nocturnes, les troubles de sommeil … sont bien réels. Mais une attitude positive vous aidera à vaincre ces changements, à vous adapter à votre nouvelle vie et à en tirer profit.

De nombreuses études dont celles d’Ann Wright indiquent que l’impact de la ménopause dans la vie d’une femme dépend en majeure partie de son attitude psychologique. Dans certaines cultures la ménopause n’est pas un problème, on pourrait même dire qu’elle passe presque inaperçue.

Ce qui fait la différence est votre attitude mentale face à la ménopause. Chez certaines femmes l’attitude mentale provoque plus de symptômes que le déficit hormonal. Vous, vous allez être différente. Désormais vous aller apprendre à tirer profit des bienfaits de la ménopause. Laissez de côté les hormones, les fluctuations, les cancers, les insomnies et voyez la ménopause comme juste un changement.

Certes ce changement a déjà une mauvaise réputation, elle fait peur, probablement du fait qu’elle fait penser injustement à la vieillesse, à la fin de la vie. La ménopause entraîne des modifications corporelles, psychologiques, physiques, la plupart de ces modifications sont irréversibles.

Mais ce n’est qu’un simple changement comme l’a été  votre puberté et le passage à l’adolescence. Et comme vous pouvez le constater vous avez vaincu la peur qu’avait engendré en vous l’adolescence, les règles et leurs lots d’inconfort..

Alors pourquoi la ménopause serait-elle différente ? Voyez la comme une opportunité plutôt qu’une condamnation à mort. Bien sûr la ménopause entraîne des changements réels qui affectent votre corps, votre esprit et vos humeurs. Il ne s’agit pas de faire abstraction de tout cela, mais il s’agit d’apprivoiser vos peurs et voir la vie du bon côté.

Les bouffées de chaleur, les sueurs nocturnes, les troubles de sommeil … sont bien réels. Mais une attitude positive vous aidera à vaincre ces changements, à vous adapter à votre nouvelle vie et à en tirer profit.

Vous devez certainement prendre quelques mesures pour protéger votre cœur et vos os dont les œstrogènes ne protègent plus. Mais la bonne nouvelle c’est que la plupart des conséquences de la baisse de la production des hormones peuvent être traitées, voire même évitées juste par la pratique d’une activité physique et le rééquilibrage alimentaire.

Ces deux mesures seront aussi bénéfiques à long terme car elles vous permettront de lutter contre le risque de maladie coronarienne et l’ostéoporose.

Le gattilier

Le Gattilier ou Vitex agnus-castus plus connu sous le nom de «poivre du moine » est connu depuis l’antiquité. Le nom poivre du moine serait probablement lié au fait que les moines l’utilisait pour contrôler leur libido. Dans son livre l’ Iliade, Homère le cite comme symbole de la chasteté.

Le Vitex agnus-castus stimule la sécrétion des hormones sexuelles et contribue ainsi à traiter les troubles liées à la production de ces hormones. Sa principale propriété est d’augmenter le taux de progestérone, ce qui a un effet positif sur l’irrégularité du cycle menstruel.

Le gattilier agit très lentement, il faut donc l’associer à d’autres plantes et le prendre pendant longtemps . Vous trouverez du gattilier sous différentes formes ou associé à d’autres plantes, en pharmacie et dans les magasins diététiques.

Comment soigner l’incontinence

L’incontinence n’est pas spécifique à la ménopause, cependant le manque d’hormones en période de ménopause peut créer un problème d’incontinence.

Le déficit hormonale peut dans certains cas entraîner une atrophie musculaire qui s’accompagne d’une modification de la position de l’orifice de l’urètre (lien vers anatomie du site). Les tissus urinaires deviennent fibreux et le tissu de soutien au niveau du plancher s’use.

En plus de ces modifications des organes, le manque d’hormones crée une prolifération de bactéries à l’origine d’une infection urinaire.

Il est cependant possible d’éviter l’incontinence en période de ménopause.

Apprenez à apprécier votre vie

Prenez du recul, détachez-vous des événements, de votre travail, de vos occupations et de vos préoccupations.
Trouvez-vous une activité passe-temps. C’est le meilleur moyen de vous protéger contre le stress et ses conséquences.

Certes vous vivez un moment très difficile, mais voyez les côtés positifs de la ménopause : Fin des règles avec leur lot de douleurs, fin de la pilule (vous n’aurez plus à vous préoccuper de contraception), retraite, départ des enfants, enfin une nouvelle liberté qui se profile.

Vous avez peut-être l’impression que personne ne vous comprend, mais acceptez les critiques bienveillantes. Ne vous sentez pas viser personnellement par les problèmes qui vous arrivent dites-vous que vous n’êtes pas la seule à les avoir.

On oublie souvent ce que nous avons pour nous préoccuper de ce qu’on n’aimerait avoir. Dites-vous que vous avez la chance d’être en bonne santé. Ce qui vous semble sans importance, peut être un trésor pour une autre personne.

Réapprenez à apprécier ce que vous avez! Rappelez-vous quand vous étiez enfant! Vous vous émerveilliez de la moindre petite chose qu’aujourd’hui vous semblerait sans importance. Beaucoup de gens cherchent toujours plus et ne sont jamais satisfaits de leur acquis. Ne soyez pas comme ces gens à la poursuite d’une quête infinie du « bonheur ». Le bonheur est en vous et non ailleurs.

Quelque soit ce que vous avez, qui vous êtes, qui vous servent ou qui vous servez, il y aura toujours quelque chose de plus. Vous avez des bouffées de chaleur qui vous rendent la vie impossible, oui c’est terrible et peut être un calvaire.

Mais que dire de celle qui vit au fond-fond du sahara sous un soleil de canicule avec comme seul lot de consolation l’espoir que le temps devienne un peu clément? Ne soyez pas comme le chien qui tourne en rond essayant d’attraper sa queue.

Certes il est normal d’aspirer à toujours de bien être, mais de temps en temps il faut savoir se poser, s’observer avec un regard externe, et faire le point  sur ce qu’on fait ou acquit. Quelque soit votre situation, le monde, les événements, la conjoncture,…rien de tout cela ne s’est légué contre vous.

Nous vivons tous des périodes difficiles qui sont des opportunités pour qui sait se mettre dans la bonne perspective. Les événements de la  vie sont en quelque sorte une question de point de vue. Soyez plutôt de celles qui voient le verre à moitié plein et vous aurez plus de chance de passer votre période de ménopause en toute sereinité.

La faiblesse du périné

Il peut s’agir d’une perte de la tonicité des muscles, ou d’une faiblesse des ligaments qui constituent le périnée. Les deux problèmes peuvent aussi se produire simultanément.

Le défaut d’œstrogènes est la principale cause de faiblesse du périnée pendant et après la ménopause. Même si la ménopause n’est pas la seule responsable de ce trouble, elle est un facteur de risque.

Physiquement la faiblesse du périnée se voit par les fuites urinaires, au départ peu visibles mais qui s’accentuent au fur et à mesure que vous progressez dans votre ménopause, si ces fuites ne ne sont prises en charge à temps.

La faiblesse du périnée est rarement diagnostiquée à temps essentiellement en raison du sentiment de gêne qu’éprouvent les femmes à parler de leurs fuites urinaires.

Et pourtant diagnostiquée à temps elle se soigne et vous éviterez le risque de descente d’organe (Prolapsus) responsable de lourdeur ou de douleur au niveau du bas ventre, et autres complications dues à ce relâchement musculaire ou ligamenteux du périnée.

Le périnée se trouve entre le vagin et l’anus. C’est un ensemble de muscles et de ligaments sur lequel reposent les organes de la cavité pelvienne (utérus, vessie, rectum), d’où l’incapacité à contrôler ses urines.

La faiblesse du périnée peut aussi crée des problèmes sexuels, gynécologique et anaux.

Extrait de notre Guide de la ménopause