Archives de catégorie : Nutrition

Le Tilapia

Le Tilapia est un poisson que l’on peut dire originaire d’Afrique, de la famille des Cichlidés. Le lac Malawi, en Afrique de l’Est est l’un des grands réservoirs de Cichlidés au monde. Il fournit la plupart des marchés mondiaux de Cichlidés.

Vendu comme poisson exotique vous trouverez du Tilapia dans les magasins spécialisés. Plusieurs poissons portent cependant ce nom de Tilapia.

Le Tilapia est une sorte de carpe, mais bien que la ressemblance est frappante, la carpe et le tilapia sont deux espèces différents qui n’appartiennent à la même famille.

Sur le plan nutritionnel 100g de Tilapia vous apporte 134 calories, de la vitamine D, de la vitamine B12,de la niacine, et de nombreux minéraux dont le fer.

C’est une excellente source d’acide aminée et de protéines.
Extrait de 25 recettes

Alimentation anti-âge

Nous avons déjà parler des fruits et des légumes. Voici une liste d’aliments aux vertus rajeunissants.

– Les fruits (orange, citron, melon,trèfle rouge,myrtilles, godji,…)
– Les légumes (carotte, épinards,…)
– Les poissons gras (saumon, sardines,…)
– La viande maigre fraîche à consommer avec modération

Vous pouvez avantageusement remplacer la viande par le poisson, les œufs,les produits issus du lait, et les légumineuses.

Il ne vous reste plus qu’à confectionner vos plats.

Augmenter le bon cholestérol

Ici il s’agit de veiller à diminuer le taux de triglycérides dans le sang autrement dit le mauvais cholestérol et donc d’augmenter le bon cholestérol ou  HDL-cholestérol.
 
Deux acides gras sont indispensables dans cette lutte contre le mauvais cholestérol. L’acide eicosapentaénoïque (EPA) et acide docosahexaénoïque (DHA).  Ces deux acides gras sont des précurseurs important dans le processus anti-inflammatoire.
 
EPA et DHA sont issus de la transformation de l’acide α-linolénique [alpha -linolénique (ALA)] plus connu sous le nom d’oméga3 contenu dans les végétaux.
 
L’acide alpha -linolénique est un acide gras essentiel, c’est-à dire  elle est indispensable à l’être humain et à tous les mammifères et ni l’être humain, ni les autres mammifères ne sont capables de la synthétiser. Il doit donc être apporté par l’alimentation.

Riz aux lentilles

Point fort : Les lentilles sont riches en protéines et sont conseillées en cas de bouffées de chaleur
Ingrédients pour une personne
80 g de lentilles
28 g de quinoa
60g d’oignon
100 g de carotte
60 g de champigons
80 g de tomates
Sel, poivre, persil

Préparation
Tremper les lentilles dans de l’eau froide pendant 3H.
Eplucher et couper les carottes en petites rondelles. Couper les oignons et les tomates en petits morceaux.

Cuisson
Temps de cuisson : 1h
Verser les lentilles dans une casserole et faire cuire pendant 45 minutes environ. Rajouter la quinoa et laisser cuire pendant environ 20 minutes.

Mettre un peu d’huile dans un poêle et faite revenir carottes, oignons, champignons et tomates.
Assaisonner hors du feu selon votre goût avec le sel, le poivre et le persil.

Ce plat peut aussi se manger en salade, dans ce cas faire cuire les carottes à l’eau et servir les autres légumes crus.
Retrouvez l’ensemble de nos recettes spécialement concçues pour vous dans « 25 recettes »

Comment réduire votre taux de cholésterol-troisième partie

L’activité physique
Une activité physique régulière réduit les LDL-Cholestérol et augmente votre taux de HDL-cholestérol. Elle aide également à réduire le poids.

L’âge et le sexe
Ce sont des facteurs qui diminuent aussi le taux de HDL-cholestérol, mais dont vous n’avez aucune influence.

Avant la ménopause contrairement aux idées reçues, les femmes ont un taux de cholestérol inférieur à ceux des hommes du même âge.

A partir de la ménopause le niveau du LDL-cholestérol, VLDL, Chylomicrons augmente chez la femme et le niveau de HDL-Cholestérol diminue.

Des facteurs génétiques peuvent aussi influer sur les taux de cholestérol dans le sang.

Comment réduire le taux de cholestérol-deuxième partie

L’alimentation

Réduire la quantité de graisses animales dans votre alimentation aide à réduire votre taux de cholestérol. Manger de l’avoine augmente considérablement votre HDL-cholestérol.

Le poids

Le surpoids augmente votre taux de cholestérol. Perdre du poids peut aider à augmenter le HDL-cholestérol et réduire les autres (LDL-cholestérol, VLDL, Chylomicrons).

Cependant il est important de savoir que contrairement à ce qui est véhiculé par la mode, Il n’existe pas un poids  idéal de référence. On mesure le surpoids par la mesure de l’Indice de Masse Corporelle ( IMC) qui est égale au rapport entre votre poids et votre taille.

A suivre…

Comment réduire votre taux de cholestérol ?

1 ère partie

Le cholestérol est beaucoup décrié, surtout chez les adeptes des régimes minceurs, mais ce qu’il faut savoir c’est que derrière ce mot se cache un ensemble de molécules différentes et qui ont des rôles différentes les unes des autres, et certaines sont  indispensables pour l’organisme.

C’est le  cas du HDL-cholestérol qui a un effet  protecteur  contre les maladies cardio-vasculaire. Le HDL-cholestérol diminue pendant la ménopause, ce qui par voie de conséquence augmente le risque de maladie cardiaque.

Ces quelques conseils vont vous aider à augmenter le HDL-cholestérol et donc à diminuer les  autres familles de cholestérol.

A suivre…

Quelques aliments riches en phyto-œstrogènes

Les phyto-œstrogènes sont des  » hormones vertes » présentes dans certaines plantes et certains aliments. Ils sont capables de pallier au déficit d’hormones sexuelles qui a lieu pendant la ménopause.

L’avantage des phyto-œstrogènes c’est que contrairement aux hormones de synthèse, les phyto-œstrogènes sont sans effet secondaires.

Pour les personnes sans contre-indication ces phyto-œstrogènes peuvent considérablement améliorer leur état.

Quelques aliments qui sont riches en phyto-œstrogènes :

Le soja et les produits dérivés (lait, yaourt, tofu,…)

Les pois chiches

Les légumineuses

Les céréales complètes

L’huile de lin,….

Pour en savoir plus consultez notre Guide

Sommes-nous faits pour manger de la viande ?

Nous avons un système digestif qui diffère de celui des animaux carnivores. De nombreuses études comparatives des deux systèmes digestifs arrivent à la conclusion que notre appareil digestif est différent sur beaucoup de points, de celui des animaux carnivores et voire même omnivore.

Par exemple le système digestif de l’homme mesure environ dix mètres contre un mètre pour le lion. Nos molaires ne sont pas assez aiguisées et solides contrairement aux carnivores.

La question que l’on peut se poser, est est-ce que nous sommes faits pour manger de la viande ?Tout porte à croire que naturellement l’homme est fait pour avoir un régime alimentaire constitué de fruits et légumes et non de viande.

Lorsque nous mangeons de la viande, en dehors de toute considération sur la qualité de celle-ci, elle reste longtemps dans le système digestif avant d’être transformée complètement.

Ce qui demande de la part de l’organisme un effort considérable pour la digérer. Donc une usure des organes, mais aussi une prolifération de toxines.

La viande avec ses effets stimulant peu aussi créé du stress et de la dépression. D’autre part l’excès de viande favorise la formation d’urée dont on connaît les conséquences néfastes sur les reins.

Cependant une alimentation entièrement végétarienne bien qu’elle soit l’idéal demande beaucoup de vigilance et un contrôle strict des apports nutritionnels, surtout en période de ménopause.

Or vous risquez d’être préoccupé par d’autres problèmes et gérer une alimentation végétarienne peut très vite devenir épuisant. Il vaut mieux à cette période d’éviter toutes les prises de tête.

Entre le régime végétarien et l’abus de viande, un compromis serait de consommer moins de viande. La viande ne doit pas être votre plat principal. Elle doit accompagner un régime riche en légumes et fruits.

Vous pouvez aussi augmenter la part de poissons, de produits dérivés du lait et les légumineuses dans votre alimentation. Ce sujet vous intéresse ? Demander gratuitement notre dossier.