Archives par mot-clé : symptômes

Essayer la réflexologie plantaire

Tout d’abord il faut savoir que la réflexologie ne guérit ni maladie ni un quelconque trouble de la ménopause. Elle soulage des douleurs, elle permet d’atteindre un état de bien être, elle peut être un excellent recours pour accompagner des traitements lourd comme de la chimiothérapie par exemple.

La réflexologie, qu’elle soit plantaire, palmaire, faciale ou crânienne accompagne un traitement et augmente les chances de réussite de ce dernier.
Autrement dit pour être efficace, elle ne doit pas être appliquée de manière isolée mais doit toujours faire partie d’un ensemble de traitements.

En ce qui concerne la ménopause, la réflexologie plantaire soulage beaucoup de symptômes et notamment en début de ménopause. Ce qui vous permettra d’éviter de prendre des médicaments et autres tranquillisants.
La réflexologie ne remplace pas le traitement hormonal quand celui-ci s’avère nécessaire. Dans ce cas le recours à des hormones naturelles ou aux plantes peut être la solution qui apporte les bienfaits des THS sans les inconvénients.

La réflexologie soulage maux de tête, troubles du sommeil, mal de dos, stress, syndrome prémenstruel mais aussi des troubles propres à la ménopause, comme les bouffées de chaleur.

La réflexologie peut aider à se détendre et stimule le processus de guérison propre à l’organisme.

Comment reconnaître l’ostéoporose

Pour savoir si vous êtes atteinte ou non d’ostéoporose votre médecin mesure votre densité osseuse par radiographie ou ostéodensitométrie.

La radiographie permet de faire une estimation de votre capital osseux. Elle repose sur l’analyse du degré de transparence de l’os. La méthode comporte beaucoup d’incertitudes par rapport à l’ostéodensitométrie.
L’ostéodensitométrie quant à elle mesure la résistance de l’os.

Partant du principe que l’os sera plus ou moins fragile selon que son contenu en sels minéraux sera plus ou moins faible, l’ostéodentiométrie permet de déterminer votre capital osseux par la détermination quantitative des sels minéraux qui le compose.

La technique la plus utilisée est l’absorptiométrie biphotonique à rayons X.
On procède par des mesures de la colonne vertébrale et du fémur. Les résultats sont ensuite comparés
à des valeurs dites «normales», en fonction de votre âge.

La perte osseuse est un phénomène naturel lié au vieillissement mais la ménopause peut l’accélérer. Seule la prévention par l’adoption d’une bonne hygiène de vie (alimentation, exercice physique,…) peut vous éviter ou diminuer les effets de l’ostéoporose.

L’efficacité du traitement hormonale (THS) sur l’ostéoporose n’est plus à démontrer. Seulement il convient de peser le pour et le contre avant de prendre sa décision. Il existe aujourd’hui des alternatives naturelles avec moins de risques et d’effets secondaires.

Alimentation anti-âge

Nous avons déjà parler des fruits et des légumes. Voici une liste d’aliments aux vertus rajeunissants.

– Les fruits (orange, citron, melon,trèfle rouge,myrtilles, godji,…)
– Les légumes (carotte, épinards,…)
– Les poissons gras (saumon, sardines,…)
– La viande maigre fraîche à consommer avec modération

Vous pouvez avantageusement remplacer la viande par le poisson, les œufs,les produits issus du lait, et les légumineuses.

Il ne vous reste plus qu’à confectionner vos plats.

Constipation, ballonnement,…comment faire face?

Au nombre des signes annonciateurs de la ménopause, les problèmes digestifs sont les plus difficiles à diagnostiquer. Avoir de la constipation, des ballonnements, etc. est quelque chose de courant, qui peut vous arriver à n’importe quel moment.

Alors quand il s’agit de problèmes digestifs qui sont en lien avec la ménopause, vous comprendrez pourquoi il vous sera difficile d’établir ce lien.

Les problèmes digestifs qui sont dus à la ménopause apparaissent suite à la diminution de la progestérone, qui a comme conséquence immédiate le ralentissement du system digestif.

C’est un peu comme si vous votre system digestif manquait d’énergie. Il va donc fonctionner très lentement, ce qui augmente le temps de la digestion. D’où les constipations fréquentes, les ballonnements et les indigestions.

Même si ces troubles de la digestion ne sont pas morbides, et peuvent se soigner rapidement, ils sont néanmoins gênants et vous pouvez être très mal à l’aise.

En début de ménopause, les changements hormonaux qui se produisent dans votre organisme ont des conséquences immédiates tant au niveau physique, que psychologique : trouble du sommeil, stress, bouffées de chaleurs et sueurs nocturnes, etc.

Autant de problèmes qui peuvent aussi perturber vos habitudes alimentaires, et vous emmener à avoir une certaine négligence dans votre alimentation.

Il sera difficile dès lors de déterminer avec certitude ce qui est à l’origine de vos problèmes digestifs. Mais à défaut de savoir la cause, vous pouvez envisager si vous êtes à la quarantaine de faire des cures de progestérone naturelle.
 
Administré à ce stade la progestérone peut calmer ces troubles. Vous trouverez certainement dans votre magasin de phytothérapie ou de diététique, des produits naturels prêt à l’emploi enrichis en progestérone, mais vous pouvez aussi utiliser certaines plantes. En effet une solution saine et naturelle sera la mieux adaptée, car susceptible d’apporter une solution globale.

Des tisanes de réglisse, mélisse, ou de pissenlit sont conseillées. Sachez aussi qu’une alimentation spécifique peut vous apporter de la progestérone. Toutefois, un surdosage de progestérone peut aussi entraîner des ballonnements.

La pré-ménopause

Elle correspond aux dernières années avant la ménopause. Généralement le niveau des hormones est très erratique et les symptômes sont souvent plus prononcés et vous pouvez en avoir plusieurs: bouffées de chaleur, menstruations irrégulières,sécheresse vaginale,sautes d’humeur,dépression , irritation…

Les troubles du sommeil peuvent s’amplifier à mesure que vous vous rapprochez de la ménopause. Le stress né de tous ces changements ménopausiques peut vous rendre inquiète et mal dans votre peau. Certaines femmes peuvent ressentir un sentiment de tristesse ou de nostalgie .

Comment reconnaître la ménopause

Le mot «ménopause» est utilisé à tort, pour indiquer tous les changements de santé physique, mentale, et émotionnelle qu’une femme vit dans les années qui précèdent son dernier cycle menstruel. En réalité la ménopause se réfère au dernier jour du cycle menstruel.

Une femme est diagnostiquée comme ayant subi la ménopause, lorsque douze mois se sont écoulés depuis le jour de ses dernières menstruations.

La ménopause peut être décomposée en plusieurs étapes, chacune avec des symptômes et des points communs. Voir la ménopause comme une suite de plusieurs étapes vous permet de suivre les changements qui s’opèrent dans votre corps et de travailler sur des petites étapes facile à gérer.

On distingue quatre étapes fondamentales: la péri-ménopause, la pré-ménopause,la ménopause, et la post-ménopause.

Quels sont les premiers signes ?

A la quarantaine votre corps peut commencer à manifester des changements notables.

Moins de résistance physique, beaucoup de fatigue chronique, des règles irrégulières, humeur fluctuante… Cette période peut durer plusieurs années avant la ménopause.

Pour une femme qui a toujours eu des règles régulières, l’apparition des premières irrégularités après l’âge de quarante ans, devrait être un signe d’alarme.

La situation sera plus confuse pour une femme qui a toujours eu des règles irrégulières.

Mais il vaut mieux s’assurer auprès d’un médecin qu’il ne s’agit pas là des prémices de la ménopause.

Mettez-vous au yoga

Les symptômes de la ménopause peuvent varier d’une femme à une autre. Cependant on remarque souvent chez la plupart des femmes en période de ménopause, une forte anxiété qui peut parfois s’accompagner de période de dépression.

De même on observe également que ces femmes ont une forte irritabilité et des sautes d’humeur très intense.

Plusieurs causes peuvent être à l’origine de ces troubles: fluctuation hormonale, alimentation déséquilibrée, fatigue,…

Ces symptômes  peuvent être éprouvants pour beaucoup de femmes mais de nos jours il est possible de les éviter ou tout au moins de diminuer leur impact sur votre qualité de vie.

Comme pour les autres symptômes  de la ménopause, plusieurs solutions à ces troubles sont disponibles. Il vous suffit avec l’aide d’un professionnel de la santé, de choisir celle qui vous convient le mieux.

Parmi ces solutions, le yoga peut être une excellente alternative, notamment pour celle qui ne veut pas ( ou ne peut pas) recourir aux solutions traditionnelles.

Voyez les bons côtés des choses

La plupart des gens parlent de la ménopause comme étant quelque chose de négative. On ne retient d’elle que les bouffées de chaleur, la stérilité, le dysfonctionnement hormonal, et tant d’autres termes tellement négatifs que leur simple évocation suffit à déprimer la plus optimiste des femmes.

Les bouffées de chaleur, les sueurs nocturnes, les troubles de sommeil … sont bien réels. Mais une attitude positive vous aidera à vaincre ces changements, à vous adapter à votre nouvelle vie et à en tirer profit.

De nombreuses études dont celles d’Ann Wright indiquent que l’impact de la ménopause dans la vie d’une femme dépend en majeure partie de son attitude psychologique. Dans certaines cultures la ménopause n’est pas un problème, on pourrait même dire qu’elle passe presque inaperçue.

Ce qui fait la différence est votre attitude mentale face à la ménopause. Chez certaines femmes l’attitude mentale provoque plus de symptômes que le déficit hormonal. Vous, vous allez être différente. Désormais vous aller apprendre à tirer profit des bienfaits de la ménopause. Laissez de côté les hormones, les fluctuations, les cancers, les insomnies et voyez la ménopause comme juste un changement.

Certes ce changement a déjà une mauvaise réputation, elle fait peur, probablement du fait qu’elle fait penser injustement à la vieillesse, à la fin de la vie. La ménopause entraîne des modifications corporelles, psychologiques, physiques, la plupart de ces modifications sont irréversibles.

Mais ce n’est qu’un simple changement comme l’a été  votre puberté et le passage à l’adolescence. Et comme vous pouvez le constater vous avez vaincu la peur qu’avait engendré en vous l’adolescence, les règles et leurs lots d’inconfort..

Alors pourquoi la ménopause serait-elle différente ? Voyez la comme une opportunité plutôt qu’une condamnation à mort. Bien sûr la ménopause entraîne des changements réels qui affectent votre corps, votre esprit et vos humeurs. Il ne s’agit pas de faire abstraction de tout cela, mais il s’agit d’apprivoiser vos peurs et voir la vie du bon côté.

Les bouffées de chaleur, les sueurs nocturnes, les troubles de sommeil … sont bien réels. Mais une attitude positive vous aidera à vaincre ces changements, à vous adapter à votre nouvelle vie et à en tirer profit.

Vous devez certainement prendre quelques mesures pour protéger votre cœur et vos os dont les œstrogènes ne protègent plus. Mais la bonne nouvelle c’est que la plupart des conséquences de la baisse de la production des hormones peuvent être traitées, voire même évitées juste par la pratique d’une activité physique et le rééquilibrage alimentaire.

Ces deux mesures seront aussi bénéfiques à long terme car elles vous permettront de lutter contre le risque de maladie coronarienne et l’ostéoporose.

La faiblesse du périné

Il peut s’agir d’une perte de la tonicité des muscles, ou d’une faiblesse des ligaments qui constituent le périnée. Les deux problèmes peuvent aussi se produire simultanément.

Le défaut d’œstrogènes est la principale cause de faiblesse du périnée pendant et après la ménopause. Même si la ménopause n’est pas la seule responsable de ce trouble, elle est un facteur de risque.

Physiquement la faiblesse du périnée se voit par les fuites urinaires, au départ peu visibles mais qui s’accentuent au fur et à mesure que vous progressez dans votre ménopause, si ces fuites ne ne sont prises en charge à temps.

La faiblesse du périnée est rarement diagnostiquée à temps essentiellement en raison du sentiment de gêne qu’éprouvent les femmes à parler de leurs fuites urinaires.

Et pourtant diagnostiquée à temps elle se soigne et vous éviterez le risque de descente d’organe (Prolapsus) responsable de lourdeur ou de douleur au niveau du bas ventre, et autres complications dues à ce relâchement musculaire ou ligamenteux du périnée.

Le périnée se trouve entre le vagin et l’anus. C’est un ensemble de muscles et de ligaments sur lequel reposent les organes de la cavité pelvienne (utérus, vessie, rectum), d’où l’incapacité à contrôler ses urines.

La faiblesse du périnée peut aussi crée des problèmes sexuels, gynécologique et anaux.

Extrait de notre Guide de la ménopause