juillet 2018
L M M J V S D
« Juin    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Les hormones peuvent-elles influencer l’apparition de l’ostéoporose ?

La perte osseuse débute entre l’âge de 20 et 30 ans en moyenne, aussi bien chez la femme que chez l’homme. Après l’âge de trente ans la perte sera de 3% par an.

A partir de la ménopause, cette perte osseuse devient irrégulière et s’accélère. La femme prendra une avance de dix ans par rapport l’homme.

Plusieurs observations tendent à confirmer le rôle des hormones dans le maintien du capital osseux. Même si l’âge semble aussi jouer un rôle non des moindres.

En effet on a constaté que l’ostéoporose était plus fréquente chez les femmes de plus de 50 ans que leur homologue masculin du même âge.

En outre les femmes traitées par les hormones de substitution avaient une masse osseuse supérieure à celle des femmes non traitées. Par conséquent une diminution du risque d’ostéoporose.

Enfin l’ostéoporose est plus fréquent chez les femmes ayant subi une ablation des ovaires avant la ménopause.

Les hormones notamment les œstrogènes, jouent aussi un rôle prépondérant dans la formation du calcitriol.
Le calcitriol ou 1,25-dihydroxycholecalciferol est un produit issu de la dégradation de la vitamine D qui permet d’équilibrer le taux de calcium dans le sang.

Cet article est un extrait de notre guide de la ménopause

Comment traiter l’insomnie

Les troubles de sommeil sont fréquents pendant la ménopause. Une bonne alimentation nutritive et équilibrée peut dans la majeure partie des cas résoudre vos problèmes d’insomnie ou du moins les atténuer.

Si vous souffrez d’insomnie légère, c’est-à-dire non pathologique, un travail sur l’alimentation peut régler le problème.

Votre repas du soir doit être moins gras, léger, riche en omega3 et vous pouvez la terminer par une tisane de verveine, menthe ou de fleurs d’oranger.

Biologiquement le sommeil dépend du taux de sérotonine. Mais bien évidemment beaucoup d’autres paramètres biologiques, environnementaux et psychologiques ont aussi une influence sur le sommeil.

Pour mieux dormir votre repas du soir doit apporter comme on l’a vu des d’oméga-3, mais aussi des glucides à indice glycémique élevé et contenir moins de protéines.

Vous devez éviter aussi les excitants comme le café, le thé et bien sur l’alcool et la cigarette. Prenez votre repas du soir environ trois heures avant votre coucher.

Vous aurez remarquez qu’ici on vous conseille des glucides à index glycémique élevé pour régler votre problème d’insomnie, c’est-à-dire des glucides qui augmentent le taux de glycémie dans le sang. Or d’habitude on vous conseille des glucides à indice glycémique bas.

Ceci pour vous dire que vous ne devez pas abuser d’une telle alimentation, et il ne s’agit ici que du repas du soir. Bien entendu si vous soufrez de diabète une telle alimentation est à exclure.

Quelques exemples de glucide à indice glycémique élevé : la farine blanche, les céréales raffinées, couscous, pâtes blanches les boissons, le jus de fruit commerciale, les biscuits

Pour en savoir plus vous pouvez télécharger notre guide ici

Comment les éviter le stress et la nérvosité?

Le stress, la nervosité sont courantes en période de ménopause. Il existe certainement plusieurs solutions pour traiter le stress.

Cependant parmi toutes ces solutions si vous ne devez en retenir qu’une, il n’y aurait pas mieux que la relaxation. Vous pouvez la pratiquer en groupe mais aussi seule.

Évitez de recourir aux médicaments pour régler vos problèmes de stress. Si les méthodes de relaxation n’arrivent pas à vous calmer, vous pouvez utiliser des produits naturels, des plantes comme le Millepertuis, ou encore la passiflore.

Dans la même catégorie, la lavande peut vous être d’un excellent recours. En infusion, ou l’huile essentielle dans le bain. Environ cinq gouttes d’huile essentielle dans le bain le soir avant de vous coucher.

A noter que vous trouverez dans le commerce des produits à base de plantes qui sont prêt à l’emploi. Comme vous le savez il est plus aisé de se procurer un produit prêt à l’emploi que de se fabriquer soi-même son produit à base de plante. En plus vous avez la certitude d’avoir un produit sans risque contrairement au produit « fait maison »

Quand l’incontinence vous empêche de rire…

Celles qui sont déjà passées par là s’en souviennent peut être de ces petites fuites qui surviennent quand on fournit un effort brusque comme par exemple le faite de rire, pleurer ou tousser.

Lors de ce type d’incontinence appelée «incontinence d’effort» la pression dans l’abdomen augmente brutalement ce qui entraîne une pression de la vessie puis la fuite urinaire.

Ce type d’incontinence peut être dû à une faiblesse du sphincter urinaire.
En moyenne une personne peut contenir environ 550 ml d’urine dans la vessie. En cours de ménopause le sphincter et le détrusor peuvent ne pas fonctionner correctement. Ce qui peut favoriser l’incontinence.

En temps normal, le contrôle de la miction repose sur une combinaison d’un bon fonctionnement du system urinaire, du system nerveux et de la capacité de sentir et de réagir à l’envie d’uriner.

Vous pouvez améliorer votre capacité à sentir et à réagir à l’envie d’uriner en pratiquant des exercices comme les exercices de Kegel par exemple.

L’alimentation peut aussi jouer un rôle, mais contrairement à ce que l’on peut penser, diminuer la quantité d’eau absorbée ne diminue pas l’incontinence. Au contraire il est conseillé de beaucoup boire.

Découvrez tous nos conseils dans le Guide

Entraînez-vous à être heureuse

Etre heureuse en période de ménopause n’est pas quelque chose de facile. Comment être heureuse quand on doit lutter tous les jours contre les démangeaisons, les bouffées de chaleur, les humeurs en dent de scie,…

On comprends que vous soyez très vite submergée, préoccupée, et que vous n’ayez pas le temps de s’occuper de vous, de vous faire plaisir… Mais paradoxalement vous devez être heureuse pour pouvoir être en mesure de contrôler la ménopause.

Durant la ménopause la recherche du bien être devient un exercice qui doit se pratiquer de la même manière que vous pratiqueriez des exercices de Kegel pour traiter une incontinence ou pour stimuler votre libido.

Certes la ménopause peut entraîner des problèmes émotionnels et physiques qui sont très difficiles à vivre pour de nombreuses femmes. Mais heureusement il existe des solutions qui peuvent vous aider.
A suivre…

Des solutions pour stimuler votre libido

La baisse de la libido est un phénomène récurrent quand on prend de l’âge, mais elle est accentuée en période de ménopause.

Or maintenir une activité sexuelle est plus qu’ indispensable et permet notamment d’éviter certains problèmes tels la sécheresse vaginale, la dyspareunie, mais aussi certains soucis mineurs d’ordre psychologique comme le stress, ou encore les sautes d’humeurs.

Des études ont montré que l’activité sexuelle est aussi bénéfique pour le cœur, et peut favoriser la perte du poids.

Plantes, compléments alimentaires, alimentation, médecines douces, vous avez de nombreuses possibilités pour stimuler votre libido.

Mettez du piment dans vos relations sexuelles, améliorez l’harmonie de votre couple grâce à nos conseils et astuces.

Comment atténuer les rides

Le collagène est l’un des constituants de la peau. Sa fonction principale est de d’assurer l’élasticité de la peau.Cependant on trouve également du collagène dans les muscles, les os et le cartilage.

Dès l’âge de 25 ans le taux de collagène commence à diminuer et les premiers signes des rides apparaissent, notamment au niveau du visage.

A ce stade il est encore possible de renverser la tendance en apportant à votre organisme du collagène par les produits cosmétiques biologiques, les compléments alimentaires mais aussi par votre alimentation.

Le collagène est une protéine formé de glycine, de proline et d’hydroxyproline. Nous reviendrons sur ces molècules dans un prochain article. Quand on a pris de l’âge, c’est un peu compliqué pour apporter du collagène à son organisme, mais il existe des solutions.

On trouve dans le commerce divers produits destinés à régler les problèmes liés au manque de collagène dont celui des rides.

L’injection de bottox a ses inconvénients qui sont à notre avis très important que les avantages qu’elle apporte. Il existe également les crèmes, les compléments alimentaires enrichis en vitamines, et les anti-oxydants qui peuvent être tout aussi éfficace.

Peut-on savoir quand on sera en ménopause?

La ménopause c’est
– Arrêt de l’activité ovarienne
– Arrêt de la reproduction
– Privation hormonale

La ménopause est déjà programmée par votre organisme avant votre naissance, mais on ne dispose pas actuellement des moyens et des connaissances pour déterminer avec exactitude à quel âge elle s’installera.

La ménopause est une conséquence de l’épuisement des ovules .
Les ovaires cessent de fonctionner, ce qui entraîne la fin des cycles menstruels. Le changement le plus notable qui se manifeste est la fin de vos règles.

Pour la femme occidentale la ménopause, s’installe vers l’âge de 51 ans, mais peut commencer vers l’âge de 40 ans.

Etes-vous souvent constipée?

Si vous êtes souvent constipée, il est possible que vous manquiez de fibres.

Les fibres sont nécessaires pour le bon transit et l’assimilation des aliments. La quantité moyenne recommandée est de trente grammes par jour pour un adulte. Vous pouvez obtenir un bilan gratuit personnalisé ici

Vous trouverez également dans notre dossier consacré à l’alimentation des conseils pour équilibrer vos menus.

Manger régulièrement des fibres diminue les risques de cancer et de constipation. Les fibres contribuent aussi au maintien de l’équilibre du taux de glucose dans le sang.

Les aliments riches en fibres sont les légumes verts (haricots verts, artichaut, carotte…) les légumineuses (lentilles, haricot blanc, pois chiche,…) les fruits et les céréales.

Pour vous donner un ordre d’idée, 75g de lentilles vous apportent 5,20g de fibres, 75g de haricots secs 6,5g et 30g d’avocat 6,8g.
(Cet article un extrait du Guide de la ménopause )

Quand votre corps annonce la ménopause…

Il se passe pratiquement la même chose à la ménopause qu’à la puberté sur le plan corporel.
Vous avez probablement oublié ce que vous ressentiez au moment de votre puberté quand votre corps s’est mis “brusquement” à se transformer, quand vous avez eu vos premières menstruations.

A l’approche de la ménopause votre corps se transforme presque à l’identique.Si vous êtes attentif vous pourriez ressentir et vivre les mêmes émotions qu’à la puberté! De la même manière que la puberté était pour vous une libération (vous sortiez enfin du monde de l’enfance), la ménopause pourrait aussi être une libération.

Vous entrez dans un monde où vous n’aurez pas à vous soucier de contraception, de douleurs pré-menstruels, de troubles menstruels, de serviettes hygiéniques,…

Silhouette, pilosité, peau et seins sont les principales modifications corporelles, rapidement visibles.

La silhouette de la femme est naturellement gynoïde. C’est à dire la taille est fine et le bassin large.
Hors ménopause si vous avez de la cellulite elle aura tendance à s’installer au niveau des cuisses et des fesses.
En cours de ménopause et à la ménopause cette masse graisseuse en surplus, va s’installer sur le ventre.

Vous pourriez également perdre de la pilosité, notamment au niveau du pubis. On pourrait dire que c’est plutôt une bonne chose. Un peu d’économie sur le budget esthétique! Cependant des poils peuvent apparaître sur le visage.
Les rides et les ridules peuvent aussi s’accentuer. La peau perd sa souplesse, se dessèche.

Quant au seins s’ils étaient jusque là fermes et galbés, vous constaterez en faisant un petit examen de palpation, qu’ils n’ont pas la même fermeté et qu’ils ont tendances à un peu pendre.

C’est plutôt un tableau effrayant direz-vous ! Cependant cette transformation corporelle n’est pas une fatalité, vous pouvez l’éviter.